Cimetière de l'Est

retour

Yves LE BISTOUS

1914-1942

Résistant
Cimetière de l'Est
Section 19C Rang 1 Tombe 6

Yves Le Bitous est un cheminot rennais, né dans les Côtes d'Armor (Ploëzal) le 17 septembre 1914. Il épouse Madeleine en 1937, et le couple s'installe à Rennes, rue de Saint Malo. Il travaille au dépôt de la SNCF.

Pendant la guerre, il milite au Parti Communiste Français clandestin. On ne sait pas à partir de quand il devint résistant, mais on sait qu'au début de l'année 1941, il fut associé dès sa constitution au Front National de Lutte pour la Libération et l'Indépendance de la France, plus communément appelé le Front National, mouvement créé par le Parti Communiste mais ouvert à tous ceux qui voulaient s'organiser et lutter contre l'occupant.

Yves Le Bitous a également appartenu aux FTPF (Francs-Tireurs et Partisans Français), la branche armée du PCF créée à la fin de 1941.

En tant que résistant, il diffuse des tracts et des journaux clandestins et participe à des attaques contre les nazis. En 1942, Le Bitous et de ses camarades (dont son beau-frère Albert Martin) sont mieux organisés, la résistance s'intensifie.

Cette année-là, Yves Le Bitous récupère plusieurs kilos d'explosifs en vue d'attaques contre l'occupant, probablement volés dans une carrière à Louvigné-du-Désert avec son camarade Fourrier. C'est d'ailleurs lui qui livre les explosifs qui ont servi à l'attentat contre les bureaux rennais du Rassemblement National Populaire (organisme collaborationniste) le 22 mars 1942. Il livra également les explosifs destinés à faire sauter les locaux du parti "Le Francisme" le 28 mars, puis ceux du bureau de recrutement des travailleurs français en Allemagne, le 4 mai. Le 11 mai 1942, il cache chez son camarade Jean-Marie Bras deux revolvers et du matériel d'explosifs. 

Fin 1942, face à cette résistance grandissante à Rennes, la répression allemande s'intensifie. La Gestapo et la Sipo-SD (police de sécurité de la SS nazie) enquêtent, perquisitionnent, arrêtent les résistants qu'elles qualifient de terroristes. Au fil des enquêtes menées, Yves Le Bitous est dénoncé. Sentant le danger grandir, celui-ci part se cacher à la campagne en avril 1942.

Il revenait régulièrement à son domicile et la Gestapo qui le surveillait profita qu'il était chez lui le 22 septembre 1942 pour frapper à la porte et se faisant passer pour un camarade poursuivi. Quand Yves Le Bitous ouvre sa porte, il se retrouve nez à nez avec un policier, revolver au point (renseignements transmis par la mère d'Yves Le Bitous après la guerre). Il est arrêté et conduit directement à la maison d'arrêt de Rennes (prison Jacques Cartier).

Yves Le Bitous reste détenu jusqu'à son procès le 15 décembre 1942. Ils sont trente hommes et femmes à être jugés ensemble par le Tribunal Militaire Allemand FK748, pour actes de francs-tireurs, terrorisme, communisme. Leur avocat commun tente de les faire libérer, rappelant que les accusations ne concernent la diffusion de journaux et la dégradation de matériaux. Mais les nazis veulent une condamnation exemplaire, pour dissuader la population d'entrer en résistance.  Yves Le Bitous est condamné avec vingt-quatre autres à la peine de mort, et sera exécuté le 30 décembre 1942 au matin (à 10h02 précisément) au stand de tir de la Maltière à Saint Jacques de la Lande.

A la Libération, on l'inhumera au Carré des Résistants du Cimetière de l'Est, dans la même sépulture que son compagnon d'infortune et époux de sa soeur : Albert Martin. Yves Le Bitous sera reconnu Mort pour la France, assimilé au grade de sergent dans les FFI (Forces Françaises de l'Intérieur), recevra une citation à l'Ordre du Régiment n° 346 ainsi que la Croix de Guerre avec étoile de bronze en 1946. En 1982, le conseil municipal de Rennes donnera son nom à un square du quartier des Longchamps.